GEFERS :: catalogueformations
GEFERS

La relation à l'humain et son questionnement éthique

GEFERS formation

Nos formations

Tutorat et accompagnement des stagiaires

Durée
2 à 5 jours
Public concerné
pour les enseignants et formateursEnseignants
et Formateurs
   
Lieu
INTRA
dans votre établissement ou votre région 
Intervenants
Walter Hesbeen - Serge Philippon - Martine Vanschoor
Méthode pédagogique :
Apport de connaissances, débat, réflexion à partir des pratiques

Télécharger
Télécharger la fiche

Résumé de la formation

Si le tutorat a ses aspects réglementaires et techniques, il comporte, également, une dimension éthique qui conduit à interroger le sens de la pratique soignante, la considération pour l'humain sur laquelle elle se fonde et les valeurs qui animent les professionnels et les étudiants. Le cœur même de la fonction de tuteur réside ainsi dans la capacité d'éveiller, d'élever et d'accompagner la réflexion des stagiaires sur les enjeux humains de leur futur métier. À ce titre, les tuteurs se présentent comme des acteurs de premier plan du développement au sein des structures d'une éthique du quotidien des soins. L'enseignant et le tuteur réunis dans cette formation auront l'opportunité de mettre en perspective leurs valeurs et préoccupations pour viser une cohérence dans l'appropriation des savoir-faire cliniques.


Déroulement de la formation

Une pratique soignante qui se veut soucieuse d'accueillir et de prendre en compte la singularité de l'humain, est une pratique fondée sur la relation à la personne et sur le raisonnement clinique qui résulte de l'observation et de la réflexion. Une telle pratique allie la dextérité du professionnel au développement de ses qualités humaines. Ces dernières, indispensables pour prendre soin de la personne, peuvent rester dans l'ombre car trop complexes à énoncer. A cette complexité, se rajoutent un volume des soins prescrits, souvent élevé, ainsi que la tendance parfois répandue, à se centrer sur des connaissances en pathologie médicale. Ceci peut entraîner une posture professionnelle orientée vers la maladie et les actes prescrits, au risque de voir la réflexion et les actions infirmières et aides-soignantes appauvries.

Si la formation des étudiants est organisée et encadrée par un programme formel qui en prescrit les modalités, ce qui donnera vie à ce programme c'est le projet pédagogique et la tonalité particulière qui lui sera donnée, notamment à l'occasion des différents stages. Un tel projet relève du travail de la pensée, travail par lequel des soignants « tuteurs » chemine non vers la seule acquisition d'un langage commun qui se révèle souvent superficiel et source d'incompréhension voire de tension, mais bien vers une compréhension commune, compréhension affinée et subtile reflétant, de ce fait, la conviction des membres de l'équipe soignante accueillant des étudiants et l'orientation qu'ensemble ils veulent donner à leur action de tuteurs et la compétence d'enseignement clinique qui y est associée. Une telle conviction s'élabore et s'affine dans une perspective critique pour ne pas se limiter à l'énoncé de quelques certitudes. Cette compréhension commune avec la conviction critique qu'elle contient servent ainsi de socle au projet pédagogique de tutorat et d'accueil des stagiaires et à la déclinaison opérationnelle de cet accueil et de ce tutorat autant qu'à la réflexion sur les manières d'être et de faire de chacun des membres de l'équipe face aux différentes situations cliniques et pédagogiques rencontrées.

Dans la formation des soignants, les premières expériences de stage sont déterminantes. Leur caractère fortement émotionnel entraîne des déconstructions et des reconstructions importantes dans le vécu des futurs professionnels. Comment recevoir, recueillir, comprendre les « impressions et ressentis » à l'occasion des stages? Comment les travailler sans les réduire et surtout sans les neutraliser? Comment les utiliser pour contribuer à l'autonomisation des professionnels et au développement de leur sens de la responsabilité et du travail d'équipe?

De ceci, découle une éthique de la formation. Nous entendons ici le terme « éthique » au sens de « manière d'être au monde » et, dès lors, d'envisager les relations aux autres. L'éthique est ainsi fondée sur la réflexion, tant personnelle que de groupe, la délibération ainsi que la décision. Dans la relation pédagogique, il s'agit par là de combiner ce qui peut sembler parfois inconciliable et à tout le moins complexe, accueillir la singularité des étudiants tout en faisant preuve d'autorité, ce qui équivaut à être capable de dire et d'argumenter ce qui est acceptable et ce qui ne l'est pas, à la fois dans un contexte relationnel donné mais également dans la perspective de l'exercice d'un métier.

C'est ainsi que la pédagogie comme compétence d'enseignement clinique dans la formation des futurs professionnels soignants exige, outre des savoirs, une authentique posture existentielle. Tant chez les formateurs en école que chez les tuteurs pratiquants sur le terrain. Cette posture doit associer capacité d'assertivité et de normativité (« autorité » dans tous les sens du terme) et disponibilité dans l'accueil et la construction des premières expériences de ces futurs professionnels. Les deux registres semblent contradictoires mais ils constituent la double condition indispensable de la rencontre pédagogique. Comment les développer en soi? Comment les équilibrer? Comment consolider cette posture?

Les axes qui guident le déroulement de cette formation sont les suivants :

  • l'intelligence du singulier, ses caractéristiques et les moyens de la développer
  • la posture soignante et ses composantes propices au déploiement d'une intelligence du singulier
  • la nécessaire humilité que requiert l'accueil sincère à la singularité d'autrui
  • la posture pédagogique d'accompagnement du cheminement singulier de l'étudiant, la patience qu'un tel cheminement requiert, le cadre dans lequel il s'inscrit, ce qui est acceptable et ce qui ne l'est pas
  • le rapport à la connaissance et aux différentes formes de références pour passer d'une logique applicative à une logique de la pensée dans l'action ;
  • la curiosité pour les connaissances et les techniques en vue de leur élargissement, leur approfondissement et leur actualisation 
  • la capacité de nommer la pratique soignante au-delà des seuls actes posés, la rigueur et les exigences rédactionnelles et d'expression 
  • les exigences de la démarche pédagogique d'enseignement clinique en regard de la posture des membres de l'équipe soignante dans les différents aspects de leurs interventions et relations aux étudiants ;
  • la place des tuteurs, et la complémentarité entre la fonction pédagogique des formateurs de l'école et la fonction pédagogique des tuteurs ;
  • l'évaluation des étudiants – ses méthodes et modalités pratiques.

Méthode pédagogique

La méthode pédagogique conjugue des apports de connaissances à des aspects pratiques tirés, entre autres, de l'expérience de chacun et des interrogations exprimées.
Interactive, la pédagogie est basée sur les échanges entre le formateur et les personnes en formation et entre les membres du groupe eux-mêmes. Les expériences des uns sont ainsi réutilisées pour aider à la compréhension des autres membres.

Tout en respectant les objectifs de la formation, une grande souplesse préside au suivi des journées. Celle-ci est nécessaire pour être à l'écoute de chacun dans ses interrogations, ses craintes éventuelles ou ses difficultés. Des liens entre les concepts éclairants des expériences heureuses ou malheureuses permettent de mieux les appréhender et de comprendre ce qui a pu réussir ou mettre en difficulté. Des apports réglementaires et conceptuels seront apportés en lien avec les situations. L'échange et les reformulations permettront de s'assurer d'une compréhension commune.

La posture des formateurs du GEFERS est ancrée dans l'accompagnement du cheminement de chaque participant afin d'assurer la compréhension et l'intégration des apports de la formation. Sur le plan éthique, cette action de formation se déroule dans le souci du respect de chacun et de la tolérance aux situations présentées. La confidentialité et la non substitution à l'autre sont posées comme des règles incontournables.


Évaluation

Un premier temps d'évaluation individuel des acquis de la formation est prévu à l'issue de la session de formation sur support écrit. La grille servant de support peut être remise au Service de la formation de l'établissement.
Un second temps d'évaluation en présence d'un responsable des services concernés et du responsable de la formation continue de l'établissement est recommandé.

Ces deux temps de formation pourraient être suivis par une procédure menée par l'établissement et dont nous pouvons convenir, si cela est souhaité, les modalités en commun. L'expérience menée dans d'autres établissements est celle de réunir deux groupes environ six mois après la formation et en présence de responsables de l'établissement afin d'échanger sur les effets de la formation, les bénéfices observés et les difficultés rencontrées.

GEFERS Association poursuit le but de favoriser et de promouvoir la relation à l'humain et son questionnement éthique dans les pratiques de service et de soin. Elle vise à questionner les manières d'être, de faire et de dire des personnes ainsi que les dynamiques organisationnelles en vue d'analyser et d'évaluer leurs impacts sur la relation de service et de soin.
 

Pour ce faire, l'association :

  • favorise les échanges et rencontres entre ses adhérents par l'organisation de réunions et de séminaires de réflexion,
  • élabore et publie La Lettre du GEFERS,
  • organise une veille documentaire en vue de rassembler et de diffuser de l'information.